1957

Charles JACOB,  précurseur de la charpente et de la structure bois modernes, succède à Prosper BATTENTIER, son beau-père, en 1957 et dirige l'entreprise familiale jusqu'en 1993.

[ 1957 ] En d'autres temps, d'autres méthodes. Le charpentier s'est adapté. Après la dernière guerre, l'impérative nécessité de reconstruire en nombre suffisant a profondément bouleversé les techniques de construction. en 1965, les charpentes industrielles appelées par les anciens « fermes-chevrons » firent leur apparition en France. Ce type de charpentes montre qu'à contraintes admissibles égales et pour les mêmes sollicitations, elles utilisent moins de bois par rapport à toute autre technique. La simplicité des formes et la répétition des modèles répondent parfaitement à l'industrialisation.

Après le décès brutal de Prosper BATTENTIER en 1957, Charles JACOB, son gendre qui épousa sa fille Bernadette en 1955, a compris très vite cette profonde mutation du métier de charpentier. Lui-même charpentier dans l'âme, il employa cette technique contre vents et marées et pour la première fois à Nevers en 1968 lors de la construction de l'inspection académique de la Nièvre.

Bernadette BATTENTIER-JACOB & Charles JACOB (2002), dirigeant de l'entreprise familiale de 1957 à 1993

[ 1968 ] est aussi une année faste : Jean PILLAN, contremaître Charpentier de l'entreprise JACOB depuis 1962, devient Meilleur Ouvrier de France Charpentier.

[ 1983 ] L'entreprise JACOB BATTENTIER devînt alors, JACOB STRUCTURES BOIS déménagea en 1983 à Sermoise-Sur-Loire, dans la banlieue sud de Nevers où Charles JACOB fit l'acquisition d'une ancienne usine de préfabrication de panneaux de façade en béton ...

 

Suivirent jusqu'en 1993 plus de 10000 charpentes traditionnelles, lamellées-collées et industrielles et de nombreuses opérations de toutes premières importances et véritables références en France par leurs dimensions et degré de complexité concernant à la fois des bâtiments publics, privés et des ouvrages d'arts. Parmi les plus significatives citons :

 

Le groupe scolaire Pierre Brossolette de Nevers (58), la restructuration de la Tour Nord du Palais Ducal de Nevers (58), le Lycée de Soissons (02), le Collège de Vervins (02), le Lycée Charles De Gaulle de Dijon (21), l'Hôpital de St-Pourçain (03), les coffrages du contournement autoroutier de St-Chamond (42), les coffrages des ouvrages d'art TGV de l'autoroute A5, le coffrage du pont autoroutier de Bizeneuille A71 (03), les coffrages des piles des ouvrages d'art de Fenestrelay (18), le circuit F1 de Magny-Cours (58)

le groupe scolaire de Magny-Cours (58), le Lycée de Riom es Montagne (63), le Village Hôtel de Marseille (13), l'Hypodrôme de Longchamp (75), la restructuration de 200 pavillons de Torcy (71), ...

[ 1992 ] Charles JACOB et son fils Pascal arrivé dans l'entreprise en 1982, lancèrent également plusieurs activités novatrices prémices des futures activités à ossature bois : En 1989, l'entreprise lança les premières SANIBOX, cabines sanitaires conçues en 3D totalement pré-équipées et destinées aux parcs de loisirs et campings. En 1990, l'entreprise structura une activité d'aménagement de combles tous corps d'état (sous la marque « Les Nouveaux Espaces ») qui connut un important développement régional avec l'arrivée du KERTO (Lamibois) en 1991 dont l'entreprise JACOB était l'un des tous premiers distributeurs en France.

 

En 1992, l'entreprise compte alors 15 salariés.

L'usine de Rombois à Serrmoise-Sur-Loire (au sud de Nevers (58 - Nièvre)

Circuit de Nevers-Magny-Cours : 

Coffrages des encorbellements des ponts de l'Autoroute A5 PARIS-TROYES

Pascal Jacob

ENTREPRENEUR

  • LinkedIn Pascal JACOB
  • Twitter Pascal JACOB
  • Facebook Pascal JACoB
  • Chaine YouTube Pascal JACOB